Votre panier est vide  Votre compte

Genèse des histoires

Au départ l'envie de découvrir un nouveau territoire

Nouvellement arrivée sur le bassin, je me suis intéressée à ce territoire pour mieux m'y intégrer, pour le faire mien.

Comment l'histoire de la légende de la Bernache Cravant est née
Le parc ornithologique est un lieu incontournable sur le bassin. A la base, je ne suis pas passionnée par les oiseaux, loin de là. Mais ce lieu m'a conquise, les ornithologues amateurs avides de partager leur passion ont su m'intéresser aux oiseaux.
Quelques semaines plus tard, j'ai appris qu'il y avait un accueil posté sur un oiseau :  la Bernache Cravant à la Hume.
Ne connaissant rien à cet oiseau, j'y suis allée pour voir. Et le guide naturaliste présent a su me captiver. Une brochure m'a été remise. Elle y évoquait une légende germanique sans trop la détailler. J'ai fait des recherches sur internet pour en savoir plus mais là aussi pas plus que quelques mots sur cette légende. J'ai pris quelques notes.
Quelques semaines plus tard, lors d'une promenade d'hiver sur les plages océanes, j'ai vu des anatifes sur un vieux débris dans la laisse de mer.
Là ce fut le déclic. De retour chez moi, je relus mes notes, la brochure, puis je pris ma plume ou plutôt mon clavier et je me laissais porter par l'inspiration. L'histoire de petit Pierre et de la Bernache cravant était née.

Comment l'histoire les trésors du bassin est née
Cette histoire est née de trois sources d'information :

  • La première source : la bibiothèque. Là, j'ai lu et relu les livres concernant l'histoire du pays de Buch. C'est là que j'ai appris notamment l'existence du Captal de Buch.
  • La deuxième source : un guide naturaliste. J'ai appris par hasard que l'on pouvait découvrir gratuitement avec un guide les espaces naturels protégés du bassin. C'est ainsi que mes enfants et moi-même avons eu la chance d'avoir un guide rien que pour nous trois. Ensemble nous avons visité le domaine de Graveyron. Le guide nous a raconté l'histoire de ces lieux.
  • la troisième source : la maison de l'huitre à Gujan. Un jour de pluie, je suis allée avec mes enfants à la maison de l'huitre où nous avons appris l'histoire de l'ostréiculture.

Ensuite l'histoire est née de ce mélange d'informations et d'un vague souvenir d'un conte lu il y a très longtemps au sujet d'un homme pauvre qui demande à plusieurs reprises l'aide à une personne détenant un pouvoir magique. (Si quelqu'un reconnait ce conte, merci de m'en faire part.)

Comment l'histoire L'ogre gemmeur et les bienfaits de la nature est née?
Tout a commencé par des balades :
⦁ une balade aux plaines du Teich - où avec les enfants, nous avons ramassé prunelles et églantines pour en faire de la confiture- m'a inspirée pour la première partie de l'histoire.
⦁ une première balade en forêt usagère où nous sommes allés en famille à la recherche de champignons. En chemin, nos regards ont été attirés par les traces laissées par l' activité humaine : cabane de résinier, pot de terre brisé au pied des pins, écoulement de résine séchée le long des troncs... Des recherches à la bibliothèque, sur internet et la rencontre avec un adhérent de l'association des usagers ont complété mes connaissances sur le travail de résinier. L'idée d'en faire une histoire a alors germé.
⦁ une deuxième balade en forêt, où nous nous sommes perdus, a donné du relief à la description de la forêt et m'a fait penser aux contes d'Hantzel et Gretel et au petit poucet. Les petits cailloux et mie de pain sont alors devenus prunelles et églantines...

Comment les enquêtes de l'inspecteur LANGOUSTE commencèrent ... L'histoire Marchand de sable est née de la lecture de différentes histoires pour enfants ayant pour héros des animaux qui mènent l'enquête : La petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête de Holzwarth, La reine des fourmis a disparu de Frédéric Bernard, Touchez pas au roquefort ! de Bernard Stone. Pour une histoire bien salée, l'idée met venue suite à la visite à la maison de l'huitre où les différents prédateurs de l'huitre nous étaient expliqués. Pour des vacances forestières, c'est tout autre chose. Lors d'une balade dans la forêt de Camicas, nous avons vu des pommes de pin, ou des pignes comme on dit par ici, grignotées par l'écureuil. Je me suis souvenue alors de l'expression "fleur d'écureuil" utilisée par un animateur nature lors d'une classe verte. 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire